Traitement punaise de lit et puces de lit - Desinsectisation - Desinfection - Paris, Lyon, Marseille, Nice, Toulouse, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille ...


Punaises de lit : une seconde salle fermée à Kinepolis Thionville

Les punaises irritent les résidents du foyer

L'éradication des punaises de lit au gîte Bakeanea coûtera entre 2500 et 3000 euros

« Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas une question d’hygiène »

Un cas de punaises de lit par jour enregistré à Amiens

Ces punaises de lit qui vous suivent jusque dans le métro

Créteil : de minuscules punaises de lit lui pourrissent la vie

HAUTE-SAVOIE - Punaises de lit à Ville-la-Grand : l'enfer d'une jeune travailleuse en plein désarroi.

Ce sont des parasites qui incommodent l’homme et les animaux domestiques

L'accueil de nuit à Cannes infesté de punaises de lit encore fermé

La punaise de lit serait de retour. 

Inspecter son hôtel à la recherche de punaises

Les punaises de lit envahissent des logements HLM à Vénissieux

Ce mercredi matin, des matelas abandonnés jonchent le sol aux abords de l’une des allées de la résidence Le Couloud, située rue des Martyrs de la Résistance, à Vénissieux. Ce geste traduit l’impuissance de certaines familles de cet îlot d’immeubles HLM à se débarrasser des punaises de lit, qui infestent les lieux depuis des mois. «Ils ont jeté leur literie parce qu’ils ne savent plus quoi faire. Les bombes désinfectantes ne suffisent pas. Cela fait un an que ça dure et ils n’arrivent pas à s’en sortir», confie une habitante, épargnée pour l’heure par ces minuscules bestioles qui s’infiltrent dans les parquets, les vêtements, les lits, les meubles.

L'opposition municipale se saisit du dossier

Ici, l’affaire n’est donc pas nouvelle mais a pris cette semaine une tournure politique, avec la montée au créneau du groupe des élus socialistes, radicaux et apparentés de Vénissieux. Ces derniers, alertés par des familles de Vénissieux, ont dénoncé le manque de réactivité de la Sacoviv, le bailleur social  de la ville de Vénissieux gestionnaire de la résidence Le Couloud, dans ce dossier. «Ce problème a été détecté en 2010. Malgré les appels à l’aide répétés du collectif des locataires, le bailleur laisse les habitants sans solution. Laisser les habitants dans un tel dénuement est indigne», ont-ils dénoncé, rappelant la gêne subie dans les foyers concernés.

De fortes démangeaisons

Dans les quelques familles infestées, moins d'une dizaine selon les témoignages recueillis dans le voisinage ce mercredi, le quotidien peut en effet rapidement virer au cauchemar. Car les punaises de lits, très difficiles à déloger, piquent et leurs piqûres entraînent de fortes démangeaisons. Des nuisances prises au sérieux par La Sacoviv, qui dit avoir été alertée par une famille du Couloud mi-septembre. «J’ai sollicité les services de la ville qui m’ont confirmé l’aggravation dans tous les quartiers de Vénissieux de l’infestation, passée de deux cas connus en 2010 à six cas en 2012, neuf cas en 2013, et 30 en 2014», précise le président de la Sacoviv Pierre Alain Millet. Sur les cas officiellement signalés cette année, trois concernent des locataires du bailleur social. Mais le nombre de foyers infestés pourrait être plus important selon le président.

Un diagnostic précis à réaliser

«Après avoir discuté avec de nombreuses familles du quartier, il semble que plusieurs habitants tentent de traiter leur infestation sans avoir sollicité la ville ou le bailleur. L’étendue du problème est donc peut-être beaucoup plus importante que ce que nous connaissons. Ce serait alors un véritable enjeu de santé publique», ajoute Pierre-Alain Millet. Pour mesurer le taux réel d’infestation sur la commune, la Sacoviv devrait proposer prochainement aux autres bailleurs de la ville, de faire réaliser par une entreprise spécialisée un diagnostic précis. «Si ce que je crains se confirme, c'est-à-dire en cas d’infestation massive, il nous faudra proposer une mesure d’ampleur en lien avec les bailleurs et les syndics d’immeubles», assure le président de la Sacoviv.

source : 20minutes.fr

 

Nantes Invasion de punaises de lit : 199 appartements à évacuer

Deux immeubles de Nantes Habitat situés dans le quartier Nantes-Nord sont confrontés à une présence importante de punaises de lits.

Un dispositif d’intervention d’ampleur inédit et expérimental à cette échelle a été décidé, en collaboration entre Nantes Habitat et la Ville de Nantes. Sa préparation est conséquente et a demandé, depuis cet été, plusieurs semaines de travail.

La question des punaises de lit est un problème auquel sont confrontées toutes les grandes villes. Deux immeubles rue de Québec sont principalement concernés par ce problème à Nantes. Cette propagation est nouvelle à cette échelle.

Deux immeubles à Nantes Nord ont fait l’objet de 67 interventions (un même logement peut faire l’objet de plusieurs interventions) depuis le début de l’année. Mais jusqu’à cet été, il s’agissait de traitements pour des cas isolés, avec une contamination probable par lien de voisinage ou familial.

Durant l’été, les équipes de l’agence Cartier de Nantes Habitat ont constaté une prolifération importante des punaises de lit dans ces deux tours. C’est un phénomène nouveau et inexpliqué, puisque les spécialistes indiquent que les punaises ne migrent pas spontanément, mais sont véhiculées par le textile. Or, il parait aujourd’hui vraisemblables que les punaises se soient répandues d’un logement à l’autre par les gaines techniques.

 

L'intervention à mener

Une intervention de désinsectisation d’ampleur doit permettre d’enrayer la situation. Nantes Habitat et la Ville de Nantes travaillent conjointement depuis plusieurs semaines sur la question. Il s’agit d’organiser un diagnostic précis de l’ensemble des logements (199 appartements), puis de traiter les immeubles par palier. Les locataires devront être relogés le temps de la journée de traitement (8h / 18h), dans le parc de Nantes Habitat et dans le même quartier.

L’ensemble des locataires va être prévenu dans les prochains jours, par courrier recommandé, des dates de passages des collaborateurs de l’office.

Si l’accès à certains logements est impossible (locataires absents durablement ou ne souhaitent pas laisser l’accès à leur logement), un second rendez-vous devra être rapidement fixé, sans quoi un recours à la force publique sera fait pour ouvrir le logement, après un arrêté municipal relatif à la santé publique. Il s’agit en effet d’agir sur un délai restreint pour ne pas perdre en efficacité et rapidité de traitement, au service de tous les locataires.

Le traitement se fera par palier, avec des procédures strictes, et les locataires devront libérer leur logement pour la journée. Ils seront logés dans des appartements de Nantes Habitat (rue de Winnipeg), bloqués pour une future rénovation, mais mis à disposition pour l’occasion.

Source : www.presseocean.fr

Déménagement : gare aux punaises de lit

(Sherbrooke) En changeant de logement, il faut éviter de déménager aussi les punaises de lit. C'est l'avertissement que lance la Direction  de santé publique de l'Estrie à l'approche de la période des déménagements.

On invite les citoyens à prendre des précautions pour éviter  d'emménager dans des logements infestés. «Même si les punaises de lit ne transmettent pas de maladies, les piqûres qu'elles infligent  aux dormeurs peuvent causer de l'anxiété, du stress et compromettre la qualité de vie des  gens aux prises avec une infestation», affirme un communiqué de presse.

«La punaise de lit est un insecte brunâtre luisant, sans ailes, long de 4 à 7 mm (≈ 1/8 po)  ressemblant à un pépin de pomme aplati. Elle est visible à l'oeil nu, ne saute pas et ne vole pas.

Comme la punaise se nourrit la nuit de sang humain, elle se tient principalement dans les chambres à coucher, sur les matelas.»

 

Selon l'ampleur de  l'infestation, on pourrait également retrouver des punaises de lit dans les fissures des planchers, des murs et du mobilier, partout où l'on retrouve une ouverture correspondant à  l'épaisseur d'une carte de crédit, précise l'organisme gouvernemental. Les punaises de lit produisent de petites taches noires sur les draps, le  sommier, les coutures et le dessous du matelas.

On doit s'assurer que les vêtements, la literie et les objets sont exempts de punaises et qu'ils sont placés dans des contenants ou sacs étanches avant d'être déplacés vers les nouveaux lieux.

Avant d'aménager, on doit inspecter le nouveau logis, en portant une attention particulière  aux chambres. À l'aide d'une lampe de poche, il faut vérifier les fissures, les fentes et les moulures. Il est recommandé de nettoyer à fond les pièces en passant l'aspirateur partout, insiste le communiqué de presse.

 «Si vous engagez une firme de déménagement, informez-vous de leurs mesures de  prévention (ex. : nettoyage du camion et des couvertures).   Ne ramassez pas de matelas, de meubles ou d'objets trouvés à l'extérieur ou dans  les ordures. Ils peuvent être infestés», souligne-t-on.

En cas de logement infesté, on doit aviser le propriétaire pour enrayer et  freiner la propagation dans l'immeuble.  «Les propriétaires doivent contacter un exterminateur qualifié dès qu'ils sont  informés de la présence de punaises dans un logement. Évitez de régler le problème vous-même», met-on en garde.

En quittant un logement infesté, on demande d'en aviser le propriétaire pour les mêmes raisons.

http://www.lapresse.ca/

 

EXPOSITIONS

La maison au peigne fin au H2o

C’est avec pour support un passeport de bestiologue que le visiteur est invité à parcourir les étapes scénarisées de cette exposition dédiées aux bestioles peuplant nos maisons. Punaises des lits, acariens, drosophiles, vers de farine et autres réjouissances grouillantes ou rampantes, n’auront plus de secret pour vous. Dans un salon, vous decouvrez des photos de famille, puis vous rencontrez des acariens affamés vautrés sur un lit, des champignons proliférant dans un frigo et une colonie de fourmi surprises dans leurs activités quotidiennes. Comme toujours à h2o, le jeu est un véritable vecteur de pédagogie. On peut donc chasser les mouches sur un tableau interactif, mesurer ses réactions épidermiques en regardant des photos de bestioles ou s’orienter par son odorat comme les fourmis dans un labyrinte.
Pratique : Jusqu’au 14 septembre. du lundi au dimanche de 13 h 30 à 17 h 30. h2o à Rouen. Tarifs 0 à 3 €. Tél. 02 35 529 529

 

 

Punaises de lit : le bailleur social non responsable

Tours. La locataire mettait en cause la salubrité des appartements de Tours Habitat. Elle a été déboutée et devra payer l’expertise.

Épilogue déplaisant pour la locataire dans l'affaire des punaises de lit. Le tribunal d'instance, saisi en référé en 2012, a débouté une habitante de l'allée du Plessis, dans le quartier du Sanitas, à Tours. Elle poursuivait son bailleur social, Tours Habitat, car elle considère qu'il ne fait pas le nécessaire pour rendre salubre l'immeuble dans lequel elle vit.
Des appartements voisins du sien sont infestés par des punaises de lit, ces insectes qui se faufilent partout, dans les plinthes, les vêtements, les draps, pour se nourrir la nuit du sang des locataires.

Sortir les meubles des appartements

La plaignante ne cache pas que sa vie est devenue un enfer depuis que ces bestioles pullulent à côté de chez elle alors qu'elle veille sur la propreté de son logement. Non seulement le tribunal l'a déboutée, mais, en plus, il l'a condamnée aux dépens (régler les frais de la partie adverse) et à payer les frais d'expertises. En revanche, le tribunal ne l'a pas condamnée à verser 3.000 € à Tours Habitat comme le demandait son avocate, Me Cruanes.
En substance, les juges ont considéré que le bailleur faisait ce qu'il devait pour lutter contre ces insectes. Il fait intervenir, plusieurs fois par an, une société spécialisée mais pour arriver à une extermination, il faut que chaque locataire ouvre les portes de son logement.
Les meubles doivent aussi être sortis et être traités. Or, tel n'est pas le cas. D'où la prolifération de punaises de lit et, parfois, de cafards. Avocate de la plaignante, Me Tayoro se dit déçue de ce jugement et envisage de porter l'affaire en appel.

R. C.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2013/11/14/Punaises-de-lit-le-bailleur-social-non-responsable-1686989

 

 

Des locataires d’un immeuble de logements sociaux, à Paris 18e, sont en guerre contre l’insecte…

  «C'est invivable». Deux ans et demi de vie commune, et Robin* n'en peut plus. Sa colocation avec des punaises de lit le «rend dingue». Le jeune homme a pourtant tout essayé pour les éradiquer de son appartement du 93, rue de la Chapelle (18e), qu'il partage avec deux autres colocataires. Après avoir arraché le papier peint, jeté le canapé, changé sa literie, acheté un nettoyeur à vapeur, traité son logement... Il est à bout. «Je suis en train d'essayer de me faire reloger ailleurs», glisse le trentenaire, qui dit se «réveiller la nuit, pris de démangeaisons».

 Et il n'est pas le seul. Quelques étages plus bas, Thierry a le même souci. Sur son sommier, il a entouré les traces du passage des bestioles, pour voir si elles se multipliaient. A cause d'elles, il avoue «devenir parano et ne plus dormir». Discrètes le jour, elles choisissent généralement la nuit pour piquer leur victime et se nourrir de leur sang. 

 

Première campagne infructueuse

Les habitants de ces logements sociaux ont donc décidé d'alerter leur bailleur, ICF Habitat La Sablière. Contacté par 20 Minutes, celui-ci a indiqué qu'une nouvelle campagne pour supprimer les punaises devait débuter le 21 octobre. Une première tentative s’est soldée par un échec, «le protocole n'ayant pas été respecté», estime le bailleur.

Dans une note envoyée aux locataires par la société de nettoyage chargée de l’intervention, 20 Minutes a pu constater qu’il était notamment demandé de «vider les armoires et penderies», «de disposer le matelas et le sommier debout en cathédrale, et de les détruire s'ils sont infestés». Faute de quoi, «les prestations ne seront pas réalisées».

Ce qui agace les locataires. Car en plus d’être coûteuses et de donner la sensation de «vivre en mode camping», ces recommandations n’apportent aucune garantie de succès. Ce qu’il faudrait, ".............................................",c’est une intervention «massive et coordonnées», pour enrayer «cette invasion liée au flux et reflux des gens qui voyagent».  "..............................................................."

Jusqu’à 18 mois sans nourriture

Car la bestiole est coriace. Selon le service municipal d’actions de salubrité et d’hygiène (Smash), qui dit recevoir quatre à cinq coups de fils par jour sur ce sujet, «il y a un risque qu'elles reviennent, malgré un traitement». Capables de survivre à des températures allant de -20°C à 50°C, de passer jusqu’à 18 mois sans se nourrir, la punaise, qui se loge dans la literie, peut de plus «passer d'un appartement à l'autre dans le pli d'un pantalon».

L'insalubrité du logement n'est donc pas en cause. Pourtant, «au début on a un peu honte», expliquent les locataires. «On n’ose plus inviter ses potes ou allez chez eux.» Quant aux piqûres, «s’il n’y a pas de risque de maladie, c’est quand même très désagréable», raconte Robin, expliquant, photo à l’appui, y être allergique.

A des degrés divers, une vingtaine de logements seraient ainsi touchés. Et l’immeuble n’est pas le seul. Le 80, rue Stephenson (18e) est également victime du phénomène, a confirmé le bailleur ICF Habitat La Sablière à 20 Minutes, indiquant que «pas mal d’autres gestionnaires ont le même souci».

Le problème serait donc global. «Londres, Berlin, New York…  Toutes les grandes villes sont touchées», détaille le Smash.   

http://www.20minutes.fr/societe/logement/1236945-20131015-punaises-lit-au-debut-peu-honte#end

 

Givors : l’école Louise-Michel fermée et désinfectée à cause de punaises de lit

L'école de Givors est fermée depuis jeudi. En cause, la présence de punaises de lit au sein de l'établissement. La municipalité a interdit l'accès à l'école maternelle, à l'école primaire et au réfectoire, le temps de la décontamination. Les lieux ont été désinfectés à l'aide de produits chimiques vendredi et samedi. Puis, lundi, ils ont été complètement nettoyés. Dans l'après-midi, le directeur de l'école, le directeur du service Education de Givors, l'inspecteur de l'Education nationale et un médecin scolaire se sont rendus dans l'école. Ils ont décidé de la laisser fermer jusqu'à jeudi « par mesures de précaution ». En effet, l'odeur du nettoyage est encore très présente, l'établissement sera donc aéré pendant deux jours. Les 230 élèves de l'école Louis-Michel pourront donc regagner leurs classes jeudi. Les logements des enfants qui ont été piqués par les punaises de lit seront à leur tour désinfectés pour éviter que les bêtes ne fassent leur retour à l'école

 

http://www.lyonmag.com/article/58093/givors-l-ecole-louise-michel-fermee-et-desinfectee-a-cause-de-punaises-de-lit

 

 

Punaises de lit : jugement en novembre

Le litige opposant une locataire d'un appartement de l'allée du Plessis, au Sanitas, à Tours, à Touraine-Habitat auquel elle reproche l'envahissement des punaises de lit dans des appartements voisins s'est déroulé mercredi au tribunal d'instance.
Son avocate, Me Tayoro, a insisté sur le fait que le bailleur social a l'obligation de faire en sorte que les logements soient décents. Or, dans ce secteur, les punaises de lit pullulent mais aussi les cafards.
Les voisins, qui entretiennent leurs logements, sont stressés, peinent à trouver le sommeil car ces petites bestioles viennent leur sucer le sang la nuit. Les murs, les draps, les vêtements, les plinthes, tout doit être vérifié et nettoyé sans cesse.
La plaignante, qui a financé elle-même des travaux dans son appartement, craint pour celui-ci. De l'autre côté de la barre, l'avocate de Touraine Habitat, Me Cruanes, a indiqué que l'organisme fait souvent intervenir une société spécialisée dans la lutte contre les nuisibles. Elle demande 3.000 € à la plaignante. Le jugement sera rendu le 13 novembre.              

 http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2013/10/12/Punaises-de-lit-jugement-en-novembre-16466

 

Vis ma vie avec les punaises de lit - Logement Un résident d'une cité universitaire à la Robertsau nous raconte son calvaire

Drôles de colocataires. Arrivé d'Orléans pour intégrer une classe préparatoire à Strasbourg, Guillaume Lamotte est contraint de partager sa chambre de 9 m² à la résidence universitaire de la Robertsau avec… des punaises de lits !

Si le jeune homme de 19 ans n'avait pas remarqué la présence de ces insectes de quelques millimètres la première semaine, cette cohabitation l'a très vite démangé : « J'ai eu des piqûres sur les bras, les jambes, le torse… Je pensais que c'était dû au changement de lessive, de gel douche… »

« Je dors en jogging »

Guillaume a alors alerté l'accueil de la résidence. « Le technicien diffuse du produit avec sa pompe sur le matelas et le lit, mais rien sur les plinthes par exemple. ça dure cinq minutes. Je dois attendre huit heures pour regagner ma chambre, et c'est à moi de ranger ensuite », raconte l'étudiant. Son studio a déjà été traité deux fois depuis, sans succès puisqu'il est en train de déménager pour la chambre voisine. Une situation qui perturbe ses habitudes – « maintenant je dors en jogging et sweat » – et son planning : « On vérifie le lit, on passe son temps à attendre le Crous et l'intervention du spécialiste… Je n'ai pas que ça à faire », déplore celui qui prend ses précautions pour ne pas ramener les insectes dans son sac de voyage chez ses parents. « Le plus embêtant, c'est de devoir laver toutes ses affaires. Il y a deux machines qui marchent dans la résidence : du coup, je me suis levé à 7 h dimanche pour faire mon linge. »

L'invasion de punaises est un souci connu de tous les Crous, selon celui de Strasbourg. Dans la capitale alsacienne, il concerne plusieurs chambres dans différentes résidences, malgré une désinfection générale l'été.

Alexia Ighirri

■ Le Crous a été alerté

Pour le Crous, difficile d'y échapper : « C'est un parasite qui circule avec les humains, qu'on connaît aussi dans les hôtels. Dès que l'étudiant se signale, il est relogé le temps de la décontamination. Il doit laver toutes ses affaires de son côté, et ce n'est pas toujours fait. Et la plainte n'est souvent pas déposée au bon endroit (l'accueil de la résidence). Mais à leur arrivée, les étudiants sont informés : on donne une plaquette où la procédure est expliquée. »

http://www.20minutes.fr/strasbourg/1229589-vis-vie-punaises-lit

 

Grigny veut éradiquer les punaises de lit Face à la recrudescence de l'infestation, un arrêté municipal ordonne aux syndics de désinsectiser chacun des 5 000 logements de Grigny 2.

 

Publié le 02.05.2013

Leur particularité : être minuscules, à peine 5 mm, mais causer de grands dégâts. A tel point que les Canadiens lui ont décerné le titre d'ennemi n° 1. Les punaises de lit ne sont malheureusement pas restées cantonnées chez eux. A Grigny, où elles sont présentes depuis déjà des années, le maire de la ville a constaté ces derniers mois une « recrudescence de l'infestation de punaises », en particulier dans la copropriété aux 5000 logements de Grigny 2. Il vient de prendre un arrêté municipal obligeant le syndic de copropriété à procéder, dit l'article 1, à « la désinsectisation de l'ensemble des logements, des locaux communs et de services des immeubles dont ils assurent la gestion ». Une mesure rare mais nécessaire, estime l'élu communiste. Dans un courrier adressé aux habitants, il écrit que « l'amplification des cas signalés est d'autant plus inquiétante que les conditions de vie et d'habitat se dégradent ». « Par leurs piqûres, ces insectes représentent un réel danger sanitaire et affectent considérablement la santé et l'état psychologique de ceux qui en sont victimes », s'inquiète Philippe Rio. Elles sont notamment à l'origine de nombreuses démangeaisons persistantes. Pour le secteur de la Grande-Borne où les insectes friands de sang humain n'épargnent pas les habitants, une enquête menée par le bailleur social Opievoy va commencer pour identifier les foyers les plus importants, en collaboration avec l'agence régionale de santé (ARS), précise cette dernière qui note aussi une « infestation récente sur le centre de la ville ». Pour Grigny 2, les syndics de tranche vont devoir mener une « désinsectisation totale et répétée dans le temps », précise l'arrêté. « On a pris cette mesure pour mettre chacun devant ses responsabilités. Cela oblige les uns et les autres à faire le nécessaire et à le faire rapidement », remarque l'adjointe au maire chargée du logement, Raymonde Rogow. « C'est bien, mais qui va payer ? Eux? » réagit Aziza Belabda. La présidente de l'Union des conseils syndicaux et présidente de tranche fait le calcul, « certains ont 245 lots à gérer alors même si on négociait une intervention à 100 € l'appartement, on fait comment dans une copropriété endettée? Cela me paraît irréel ». L'arrêté stipule que faute d'être appliqué, il pourra faire l'objet d'un recours devant le tribunal administratif. En attendant, chacun doit chercher le bon moyen pour faire disparaître ces bêtes tenaces, la méthode d'éradication chez l'un pouvant être totalement inefficace chez l'autre.

Le Parisien

 

Le cycle reproductif des punaises de lit dans les vêtements d’une patiente souffrant de la maladie d’Alzheimer entraîne une anémie ferriprive.

Nous rapportons le cas d’une patiente âgée de 82 ans, hospitalisée pour malaise. Ses vêtements sont infestés par de multiples insectes et l’analyse entomologique les identifie comme étant des Cimex lectularius (punaises des lits). L’anamnèse de la patiente met en exergue des troubles cognitifs sévères. Le bilan somatique retrouve une anémie profonde, microcytaire, arégénerative, fortement ferriprive. Parallèlement, une carence en vitamine B12 imputable à une maladie de Biermer (anticorps anti facteur intrinsèque positifs) est mise en évidence aussi, sans expliquer à elle seule cette anémie sans macrocytose. Un bilan biologique, endoscopique et scannographique élimine une étiologie tumorale responsable d’un saignement occulte. La patiente présente une discrète éruption cutanée prurigineuse, que l’on met en rapport avec la colonisation massive par les punaises des lits. La piqûre de C. lectularius est le plus souvent considérée comme bénigne du fait qu’elle n’est vectrice d’aucun agent infectieux. Loin d’être anodine, une colonisation humaine massive par des punaises des lits peut causer une spoliation hématique telle qu’une sévère anémie microcytaire peut en être la conséquence.

Laboratoire de Parasitologie et de Mycologie Médicale, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 1–3 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France Pôle de Gériatrie, Pavillon Schutzenberger,

Hôpital de la Robertsau, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 83 rue Himmerich, 67000 Strasbourg, France Médecine Interne Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 1 place de l’Hôpital, 67000 Strasbourg, France Service d’Hygiène Hospitalière,

Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, 3 rue Koeberlé, 67000 Strasbourg, France

 

 

Les punaises s'incrustent et délogent l'armée

Des punaises de lit ont contaminé pour une seconde fois les cantonnements de l’école de recrues. Une centaine de personnes ont été transférées sur un autre site, jeudi.

Punaise, l'insecte piqueur est de nouveau à la caserne de Colombier (NE)! L'armée croyait s'être débarrassée, en mars dernier, de ce vilain suceur de sang. Mais, loin d'être éradiquée, la punaise n'avait fait qu'un saut de puce. «On en a trouvé plusieurs ce jeudi matin dans une chambre de l'école de recrues. Un Suisse allemand a même pris des photos avec son téléphone portable», indique un conscrit ayant requis l'anonymat. «Personne ne peut plus entrer dans les chambres. Même les malades doivent rester assis à la cafétéria malgré les douleurs», rouspète une autre recrue.

Plusieurs bâtiments touchés

Après avoir déclaré en milieu de journée que la présence des punaises n'avait pas encore été prouvée, l'armée a reconnu dans la soirée de jeudi que ses locaux de Colombier avaient bien été contaminées de nouveau. «Par mesure de prévention, tous les membres de l'école ont échangé leur matériel. Ils retrouveront leurs cantonnements habituels lorsque le problème sera définitivement résolu», a déclaré Kirsten Hammerich, porte-parole des Forces terrestres. «Les contaminations touchent aussi bien des bâtiments différents que des compagnies différentes. Un contrôle de la caserne par des experts externes a été décidé», a poursuivi la porte-parole.

Les quelque 100 recrues et 44 cadres de l’école ont été transférés sur un autre site où ils dormiront dans une halle. L'armée va profiter du week-end pour libérer toute la troupe.

En mars, trois chambres – contenant une vingtaine de lits – de Colombier avaient été infestées. L'armée avait fait appel à une entreprise spécialisée pour éradiquer les insectes.

(apn)

www.20min.ch

Punaise de lit, puce de lit, desinsectisation, desinfection traitement Paris, Lyon, Marseille, Nice, Toulouse, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille et dans toute la France.

(Québec) Le 1er juillet, les punaises de lit déménagent elles aussi. Elles migrent d'un logis à l'autre, puisqu'elles s'incrustent dans les matelas et les meubles qu'elles ont envahis.

Ces petits insectes brunâtres de la taille d'un pépin de pomme sont particulièrement actifs la nuit. Ils piquent les humains et les animaux domestiques endormis pour se nourrir de leur sang. On peut détecter leur présence le long des coutures des matelas par les excréments et les taches sombres qu'elles y laissent.

«Résistantes et s'incrustant partout, les punaises de lit sont difficiles à éliminer», affirme la Société d'habitation du Québec (SHQ), qui conseille donc de faire appel à un exterminateur agréé.

Abaisser la température de la pièce infestée ralentira la reproduction des bestioles «qui pullulent entre 21 et 28 °C».

 

L'utilisation d'un appareil à vapeur à haute température est aussi recommandée pour traiter le matelas et le sommier, qui doivent ensuite être enveloppés dans une housse hermétique hypoallergène. La literie, la couette, les coussins et les tapis doivent être lavés à l'eau chaude et séchés à haute température dans la sécheuse.

Essentiel aspirateur

La SHQ ajoute qu'il faut passer l'aspirateur à plusieurs reprises dans les coins et les recoins et remplacer le sac de l'aspirateur chaque fois, en plaçant celui qui a été utilisé dans un sac de plastique qui sera fermé hermétiquement.

Les punaises de lit sont une plaie. Elles ont eu la vie dure au début du XXe siècle, grâce à l'utilisation massive des pesticides et à l'amélioration des mesures d'hygiène. La mondialisation et l'augmentation du nombre de voyageurs sont aujourd'hui responsables de leur prolifération.

La punaise de lit ne fait aucune discrimination entre les appartements et les hôtels cinq étoiles.

Michèle LaFerrière
Le Soleil

lapresse.ca

 

Qu’est ce qu’une punaise de lits ?

La punaise de lits (ou Cimex lectularius) figure parmi les plus anciens parasites de l’homme. C’est un petit insecte de la taille d’un pépin de pomme, qui a un corps de forme ovale. Brun et sans aile, un adulte à jeun mesure environ 5 à 7 mm de long. Apres s’être nourri, il grossit légèrement et prend une teinte rouge sang foncé.

La punaise de lits se nourrit la nuit, principalement de sang humain. Elle ne peut pas grimper facilement sur le métal ou les surfaces polies, encore moins voler ou sauter. Pendant le premier mois de la contamination d’une habitation, les nuisances sont peu ou pas perçues par les habitants. Lorsque le lien est fait entre les piqures durant le sommeil et la présence des insectes, l’infestation peut-être déjà assez importante.

A quoi ressemble une piqure de punaise de lits ?

La piqûre de punaise de lits est souvent indolore au moment même de la piqûre. Mais 1 à 2 heures plus tard apparaissent des démangeaisons et des traces rouges sur la peau comme une piqûre de moustique. On trouve généralement de trois à quatre piqûres souvent en rang d’oignon ou groupées au même endroit sur la peau. Les piqûres se localisent généralement sur les parties non couvertes des bras, des jambes et du dos.

La réaction cutanée dépend de la sensibilité de l’individu :

  • Certaines personnes ne savent même pas qu’elles ont été piquées et ne verront aucune piqûre ;
  • Pour certains, les piqûres disparaissent au bout de quelques heures voire quelques jours sans traitement ;
  • Pour d’autres, elles se manifestent par une réaction allergique plus ou moins localisée, avec des boursouflures prurigineuses rouge vif assez douloureuses pouvant évoluer en réaction généralisée.Si vous souffrez de démangeaisons persistantes, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire une crème pour vous soulager. Il est toujours préférable de ne pas gratter afin de ne pas sur infecter les lésions.

Où peut-on trouver des punaises de lits ?

On les trouve partout dans le monde, dans tous les lieux de vie, quelque soit le climat : hôtel, chambre d’hôtes, hôpitaux, maisons de retraite, crèche, école, dortoir sont les lieux possibles de contamination.

Les infestations de maisons et d’hôtels sont en augmentation depuis quelques années.

Pourquoi les infestations par les punaises de lits sont-elles en hausse ?

Depuis la fin des années 1990, les punaises de lits sont revenues en force mais les raisons de cette recrudescence ne sont pas clairement connues. Des facteurs, tels que l’accroissement des voyages internationaux et l’apparition des résistances aux insecticides ont probablement contribué à la propagation des infestations. .

Comment savoir si j’ai des punaises de lits dans mon habitation ?

Les punaises de lits aiment les espaces sombres et les endroits calmes. Les chambres à coucher et salon avec canapé sont les pièces principalement ciblées. Ces insectes sont petits et surtout leurs larves (1 à 2 mm). Il est difficile de les repérer, car ils peuvent s’insinuer dans les moindres espaces. De plus, ils se nourrissent la nuit.

Une infestation de punaises de lits se constate cependant par :

  • La présence de piqûres visibles sur la peau, souvent en rang d’oignon ou groupées. ;
  • La présence de punaises et de leurs déjections : petites taches noires sur le matelas, les draps, le sommier ou les murs ;
  • La présence de grandes et longues traces de sang sur les draps. Elles sont dues à l’écrasement des punaises lors du sommeil de la personne.

Les punaises de lits ne sont pas limitées à un type d’habitation. On peut en trouver à l’intérieur de maisons individuelles, de maisons plurifamiliales, d’immeubles d’habitation, d’hôtels, d’avions et d’hôpitaux. La propreté d’une habitation n’est pas un facteur évitant une première infestation. Par contre une bonne hygiène et donc une détection rapide permet d’éviter les hyper-infestations.

Tout le monde peut être victime chez lui d’une infestation et leur présence n’indique pas un manque de propreté.

Comment les punaises de lits se propagent ?

La punaise de lits a deux manières de se déplacer, de manière active et passive.

De manière active, la punaise marche lors de sa recherche du repas sanguin. Chaleur et dégagement de gaz carbonique aux heures sombres sont les deux attractifs principaux.

De manière passive, les voyages et déplacements permettent aux punaises de lits de migrer vers de nouveaux endroits par l’intermédiaire des vêtements ou des bagages. Cette propagation est facilitée par l’aptitude de la punaise de lits à survivre plusieurs mois sans se nourrir.

Est-ce que les punaises de lits peuvent nuire à ma santé ?

Elles sont principalement connues pour les atteintes dermatologiques et allergiques qu’elles occasionnent allant de la simple piqûre à des manifestations généralisées pouvant s’apparenter à une urticaire. La sensibilité d’une personne peut s’accroître si le nombre de piqûres augmente. En cas d’infestation sévère, les punaises de lits peuvent être aussi sources de troubles psychologiques variés, voire aussi d’anémie.

A ce jour, les punaises de lits ne sont pas des vecteurs de maladies.

Comment peut-on soigner les piqûres de punaises des lits ?

Les piqûres de punaises de lits disparaissent naturellement sous les dix jours et ne nécessitent pas de soins particuliers. Nettoyez-vous la peau et essayez de ne pas vous gratter pour éviter toute sur-infection.

Si vous souffrez de démangeaisons persistantes, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire une crème pour vous soulager.

Comment éviter une infestation par des punaises de lits ?

  • Lorsque vous voyagez, inspectez éventuellement le lit de la chambre d’hôtel pour détecter la présence de punaise de lit.
  • Soyez vigilant avant de rapporter des meubles et des matelas usagés. Veillez à inspecter minutieusement et à nettoyer ces articles avant de les installer dans votre maison.

Si vous pensez avoir été piqué par des punaises de lits : à la maison, lavez vos vêtements immédiatement après le retrait de la valise. Laver votre valise, selon sa forme, dans la machine à laver, sous la douche ou dans la baignoire.

Que puis-je faire si j’ai des punaises de lits chez moi ?

La lutte mécanique, c’est-à-dire sans utilisation d’insecticide, est fortement conseillée voire primordiale dans un premier temps pour diminuer et supprimer au maximum le nombre de punaises de lits.

Il faut cependant éviter de les disperser, ce qui rendrait leur élimination plus ardue et diminuerait les chances de succès du traitement. Ne jetez pas les meubles qui vous semblent infestés (ex. lit, sofa), et ne déplacez rien au risque d’aggraver la situation ou de contaminer les voisins.

  • Utilisez un aspirateur muni d’un bec suceur pour capturer les œufs et les insectes. Attention ! L’aspirateur ne les tue pas, ils peuvent alors ressortir quelques minutes ou heures plus tard. Le conduit d’aspirateur devra être nettoyé et le sac obturé ou emballé dans un sac plastique et jeté dans une poubelle extérieure pour éviter toute contamination d’autres sites ;
  • Lavez à la machine tous vos vêtements, oreillers et linge de maison (à plus de 55°C pour tuer les insectes), si vous suspectez qu’ils sont contaminés ;
  • Le nettoyage à la vapeur à 120°C détruit tous les stades de punaises de lits au niveau des recoins ou des tissus d’ameublement ;
  • Obturez les fissures et les fentes se trouvant entre les plinthes, sur les cadres de lit en bois et sur les murs en les calfeutrant. Réparez ou enlevez le papier qui se décolle, resserrez les plaques d’interrupteur ;
  • Les bombes « fuger » à dégoupiller au milieu de la pièce ne sont pas conseillées car inefficaces, le nuage insecticide n’atteint pas la totalité des recoins.

Limitez l’application de produits insecticides par vous-même. Les personnes inexpérimentées ont beaucoup de difficultés à régler un problème de punaises de lits et s’exposent de plus à ces insecticides en raison des usages répétés qu’elles en font.

Si vous continuez à voir un grand nombre de punaises de lits, contactez un spécialiste de la lutte antiparasitaire ou les services d’actions de salubrité ou d’hygiène de votre Mairie. Ces professionnels de la gestion antiparasitaire, adopteront des méthodes de lutte qui allient des techniques et produits efficaces.

Ils pourront, mettre en œuvre, avec vous, une lutte dite directe (démontage et nettoyage du mobilier, du linge, et de la literie – cf. question précédente) afin de supprimer tout stade de développement de cet insecte.

Cette démarche sera couplée à une lutte indirecte (application d’un insecticide ciblant les insectes rampants en des points stratégiques : pieds du lit, plinthes, niches et fissures du mur, pourtour des fenêtres, seuils des portes, matelas) visant le contact avec l’insecte lors d’une sortie nocturne.

Concernant les hébergements collectifs, l’article 61 du Règlement sanitaire de votre département décrit les mesures prophylactiques à mettre en œuvre dans les hébergements collectifs. Il revient au maire de la commune d’implantation de l’établissement de prescrire ces opérations de désinsectisation.

http://www.sante.gouv.fr/punaises-de-lits.html

 

Les punaises de lit reviennent en force pour sucer notre sang la nuit. Alors que les insecticides sont de moins en moins efficaces, une équipe de chercheurs américains propose une solution innovante : utiliser des feuilles de haricot.

Vous connaissez probablement le poux, la puce et la tique. Mais avez-vous déjà entendu parler de la punaise de lit ? Cet insecte parasite, qui partage notre quotidien depuis des milliers d’années, se cache discrètement dans nos matelas et sort la nuit pour se repaître de notre sang.

Après l’arrêt de l’utilisation d’insecticides nocifs pour la santé dans les années 1970, la punaise de lit, Cimex lectularius, a fait son grand retour. De plus, l’augmentation du nombre de voyageurs lui a permis de se propager dans de nombreux pays. Pour toutes les structures d’hébergement, ne jamais être infesté est maintenant devenu mission impossible. D’autre part, ces vilaines bêtes sont de plus en plus résistantes aux insecticides, et leur éradication est donc difficile. Dans une étude publiée dans le Journal of the Royal Society Interface, des chercheurs américains de l’université de Californie à Irvine proposent une nouvelle méthode originale pour se débarrasser de ce parasite : des feuilles de haricot !

L’idée leur est venue en observant la population des Balkans. En effet, dans les pays de cette péninsule, les habitants utilisent une stratégie bien particulière pour se débarrasser de ces animaux nocturnes : ils recouvrent le sol autour de leur lit avec des feuilles de haricot. Une astuce étonnante, mais qui fonctionne. Les punaises de lit se retrouvent en effet prisonnières au cours de leurs excursions, et il ne reste plus qu’à brûler les feuilles le matin pour les exterminer définitivement. La vidéo ci-dessus montre comment la punaise de lit se retrouve capturée.

 

Punaises de lit clouées sur des feuilles de haricot

 

Comment les punaises de lit sont-elles prises au piège dans les feuilles de haricot ? Pour répondre à cette question, l’équipe de recherche a observé la fixation de l’insecte aux feuilles par microscopie électronique à balayage et par vidéo à haute résolution. Les feuilles présentent en surface des appendices effilés appelés trichomes. Ces derniers agissent comme des lames de couteaux et transpercent les pattes de ces parasites : ils sont alors littéralement cloués sur place.

 

Les feuilles de haricot pourraient théoriquement être utilisées comme remède contre les punaises de lit. Cependant, elles ont tendance à sécher rapidement et leur utilisation prolongée n’est pas possible. Les auteurs cherchent désormais à copier la structure de ces feuilles pour mettre au point un matériau aux propriétés similaires.

 

Hélas, leurs résultats n’ont rien donné pour le moment... Les matériaux fabriqués ne fonctionnent pas aussi bien que la surface végétale. Selon Michael Potter, participant à cette étude, « la nature est difficile à imiter, mais les bénéfices pourraient être énormes ».

 

 Source :  futura-sciences

 

Comment se débarrasser de l'envahissante punaise de lit ? Des chercheurs américains décrivent mardi dans une revue de la Royal Society britannique une nouvelle méthode, inspirée d'une ancienne tradition des Balkans, qui utilise les propriétés des feuilles du haricot.

En Bulgarie ou en Serbie, on recouvre le sol autour du lit de feuilles de haricots qui retiennent prisonniers les parasites suceurs de sang au cours de leurs incursions nocturnes. Le matin, il ne reste plus qu'à brûler les feuilles pour exterminer les insectes.

Mais comment les punaises de lit sont-elles prises au piège ? Des entomologistes de l'Université de Californie et de l'Université du Kentucky ont observé en laboratoire les pérégrinations de l'insecte à la surface des feuilles grâce à des caméras vidéo à haute résolution et des microscopes électroniques à balayage.

Les images ont ainsi montré que, contrairement à ce que l'on aurait pu croire, les punaises de lit ne sont pas piégées par les poils des feuilles qui agiraient comme de l'adhésif. En fait, les feuilles présentent des pointes très effilées, appelées trichomes, qui transpercent les pattes des insectes aux endroits critiques, les clouant sur place.

Le défi pour les scientifiques est de copier ce mécanisme naturel pour tenter de mettre au point une barrière synthétique durablement efficace contre les punaises de lit.

Ils ont réussi à fabriquer des surfaces mimant le mécanisme des trichomes du haricot (Phaseolus vulgaris L.), mais si l'imitation ressemble beaucoup à l'original, elle n'est pas aussi efficace, car les parasites ne restent pas empalés. Le procédé doit donc encore être amélioré.

"La nature est difficile à imiter, mais les bénéfices pourraient être énormes", a déclaré Michael Potter, un des chercheurs de l'Université du Kentucky

levif.be

 

Punaises de lit : les effets sont aussi dans la tête

Outre le désagrément physique, les punaises de lit peuvent provoquer énormément d'anxiété.

Pas facile de trouver le sommeil lorsque des punaises de lit cachées dans votre matelas sortent durant la nuit pour se nourrir de votre sang. Insomnie, anxiété et symptômes dépressifs ont été observés pendant une étude menée par deux spécialistes de la santé publique, les Drs Stéphane Perron et Stephanie Rebecca Susser. «Il faut assurer un suivi auprès des résidents dont le logement est infesté, car ils ont besoin d'un soutien psychologique et médical approprié», écrivent-ils dans un article paru le 26 septembre dans le British Medical Journal.

Les victimes des punaises de lit ressentent jusqu'à cinq fois plus de symptômes d'anxiété que les autres Montréalais et leur sommeil est perturbé dans la même proportion, relate la Dre Susser, première auteure de l'étude, qui a fait de cette enquête son projet de maitrise au Département de médecine sociale et préventive de l'Université de Montréal. «Quand on se couche à la fin de notre journée, on doit être dans un état de détente et d'abandon pour s'endormir. Or, le fait de savoir les insectes actifs la nuit est extrêmement préoccupant. On peut se protéger contre les moustiques; c'est beaucoup plus difficile contre les punaises», dit-elle au cours d'un entretien au pavillon de la Direction de santé publique de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Avec son directeur de recherche, le Dr Perron, elle a entrepris la première étude épidémiologique à ce jour sur l'effet psychologique de ce phénomène endémique dans les grandes villes. Des recherches précédentes avaient conduit à des observations troublantes chez les personnes aux prises avec ces insectes (incluant des symptômes de stress post-traumatique), mais aucune n'avait été réalisée avec un groupe témoin. L'étude des médecins montréalais a porté sur deux immeubles habités par 91 personnes; 39 d'entre elles ont noté la présence des insectes dans leur logement, certaines pendant plusieurs semaines. On a pu comparer leurs symptômes avec l'état de santé de leurs voisins sans punaises de lit, soit 52 personnes.

C'est à l'aide d'index reconnus dans la discipline qu'on a pu établir les répercussions de la présence des insectes: le Pittsburgh Sleep Quality Index pour la qualité du sommeil et le Patient Health Questionnaire pour l'effet psychologique.

Une hausse des symptômes dépressifs a été relevée, mais elle pourrait être due au hasard. L'influence sur le sommeil et l'anxiété ne fait par contre aucun doute.

Retour de la punaise

Presque inexistant il y a 10 ans sous nos latitudes après avoir été courant dans les années 30 sous le nom de woodgreen bedbug, l'insecte brunâtre de la grosseur d'un pépin de pomme (cimex lectularius) est de plus en plus observé à Montréal, où 2,8% des ménages en auraient eu dans leur domicile au cours des 12 mois précédant un sondage effectué en 2011.

Plusieurs cas ne sont pas signalés à cause de la gêne que suscitent ces insectes. «On sait que des immeubles de quartiers chics sont touchés, mais on en entend peu parler. L'affaire se règle rapidement», souligne le médecin, qui en a vu dans tous les quartiers de Montréal.

Se nourrissant de sang humain, la punaise de lit se déplace en marchant et n'aime pas la lumière. Pendant le jour, elle se cache surtout près des coutures des matelas et des sommiers. Les piqures qu'elle inflige sur les bras et les jambes sont semblables à celles des moustiques. Selon nos connaissances actuelles, les punaises ne transmettent pas de maladies.

Sa présence croissante inquiète les autorités municipales, qui ont mis en place un plan d'action ciblant locataires et propriétaires d'immeubles de la région montréalaise.

La Direction de santé publique de Montréal, en collaboration avec l'Agence de la santé et des services sociaux de la métropole, intervient parfois dans des immeubles où la présence des punaises de lit est chronique. «J'ai visité plusieurs de ces immeubles et je peux vous dire que ce sont souvent des endroits présentant plusieurs signes d'insalubrité. Ça sent l'humidité dans l'appartement; les murs suintent parfois et les occupants sont aux prises avec d'autres nuisances: souris, rats, coquerelles», mentionne la Dre Susser.

Cela dit, les locataires sont rarement en cause, soutient-elle. Ce sont les propriétaires, le plus souvent, qui tentent de se soustraire à leurs obligations. Les moyens d'exterminer ces insectes sont bien connus. Ils consistent à détruire les foyers d'infection et à éliminer les insectes visibles. C'est le travail d'un exterminateur professionnel. Les couts de l'extermination incombent au propriétaire, mais le locataire doit préparer le logement, ce qui implique de mettre tous les tissus dans la sécheuse et de passer l'aspirateur de fond en comble. «Plusieurs personnes dans des quartiers défavorisés ont trop peu de ressources pour préparer adéquatement le logement. De plus, les gens âgés ou handicapés n'ont pas toujours la capacité physique d'assumer les responsabilités attribuées aux locataires», commente le Dr Perron, qui est responsable du programme de résidence en santé publique et en santé préventive à la Faculté de médecine de l'UdeM. Résultat: les logements de ces résidants seront infestés durant plusieurs mois.

«Les médecins doivent être sensibles aux effets psychologiques de la présence de punaises de lit, particulièrement dans certaines populations vulnérables», écrivent les auteurs. L'adoption de mesures préventives est urgente pour enrayer le phénomène et la maitrise de la situation ne peut être reprise sans une concertation multidisciplinaire entre autorités municipales, professionnels de la santé et responsables de la santé publique. Sans oublier les entomologistes.

Mathieu-Robert Sauvé

.nouvelles.umontreal.ca

 

 

Un fléau de retour en France, la punaise de lit

17/01/2013

 

En recrudescence depuis ces dernières années, les punaises de lit sont de plus en plus fréquentes dans les maisons et les hôtels. Les méthodes de lutte contre ces parasites sont complexes et doivent être prises en charge par des professionnels.

La punaise de lit (Cimex lectularius) est un petit insecte brun, qui mesure de 3 à 5 mm, et qui se nourrit la nuit du sang humain. Elle ne vole pas, ne saute pas, mais court très vite. Sensible à la lumière, elle se tapit et pond en journée dans les coins sombres et difficiles d’accès des chambres à coucher (ressorts de matelas, lattes, structures du lit, plinthes, tapisseries, tringles à rideaux…).

L’infestation des logements et des lieux publics est d’autant plus rapide que les punaises de lit sont difficiles à identifier, se reproduisent rapidement (une femelle pond entre 5 et 15 œufs par jour), sont extrêmement résistantes (survivent 1 an sans se nourrir) et sont transportées d’un lieu à un autre dans le linge et les bagages des voyageurs. Une infestation de punaises de lit peut cependant se constater par la présence de déjections : petites taches noires sur le matelas, les draps, le sommier…

Quel que soit le niveau d’hygiène

Les punaises de lit sont d’abord réapparues aux États-Unis et au Canada, puis en Australie (8 pensions sur 10 touchées à Sydney). Maintenant, elles sont en train de recoloniser l’Europe et la France. On en trouve chez les particuliers, mais aussi dans tous les lieux publics très fréquentés : hôpitaux, maisons de retraite, trains, voitures couchettes et bien sûr, les hôtels.

Selon un sondage réalisé en 2009 en France, 35 % des hôtels interrogés déclaraient avoir été confrontés aux punaises de lit au moins une fois. « Les punaises de lit sont faussement associées à un problème d’hygiène. La catégorie de l’hôtel ne veut rien dire à ce niveau, on peut en trouver partout… Tout le monde peut être victime d’une infestation », a souligné le Dr Arezki Izri (parasitologie-mycologie, CHU Avicenne, Bobigny).

Des petites piqûres alignées

La piqûre de punaise de lit est souvent indolore au moment même de la piqûre. Mais 1 à 2 heures plus tard apparaissent des démangeaisons et des traces rouges sur la peau. On trouve généralement de trois à quatre piqûres souvent alignées ou groupées au même endroit sur la peau. Les piqûres se localisent sur les parties non couvertes des bras, des jambes et du dos.

La réaction cutanée dépend de la sensibilité du sujet (démangeaisons, inflammation, œdème…). Si la transmission de maladies par les punaises n’a pas été démontrée, ces dernières peuvent être sources de troubles psychologiques et phobiques (stress, angoisse, insomnies, terreurs nocturnes, syndromes dépressifs).

Pour être efficace, la lutte contre les punaises de lit doit être menée par une société de désinsectisation connaissant la biologie des punaises de lit et les outils à mettre en place : lutte mécanique (nettoyage des literies par aspiration, nettoyage vapeur, lavage des tissus à + 60 °C et sèche-linge…puis lutte chimique

(organophosphorés, carbamates, pyréthrinoïdes au minimum 2 fois à 2 à 3 semaines d’intervalle) « On commence à constater des problèmes de résistance, a précisé le Dr Izri. En cas d’infestation massive, une déclaration auprès de l’ARS serait souhaitable ».

› CHRISTINE FALLET 

le quotidien du medecin

 

 

Punaise, Mon hôtel est infesté

Gare aux voyageurs! Les punaises de lit sont partout. Détectés dans des restaurants d'Honolulu, dans des hôtels de Tokyo ou des cinémas de New York, ces affreux insectes suceurs de sang ne sont pas une raison de gâcher ses vacances. En prenant quelques précautions, on évite le stress d'en traîner dans ses bagages et, pire, d'en rapporter à la maison.

Depuis deux ans, les punaises de lit ternissent l'image de New York: l'Empire State Building et des théâtres de Broadway ont dû engager des destructeurs de nuisibles (exterminateurs) tandis que des clients de l'hôtel Waldorf Astoria, où les chambres coûtent entre 250$ et 8500$ la nuit, se sont fait piquer durant leur sommeil. À cause de l'infestation dans des hôtels et lieux fréquentés par les touristes, la ville est devenue la bête noire des médias. Pourtant, l'épidémie ne touche pas seulement New York, affirme l'entomologiste Harold Leavey.

«On a été un peu injuste avec New York. À Vegas, la situation n'est pas drôle non plus. Il y a des punaises à Toronto, à Paris, à Vancouver, à Londres. C'est un problème mondial», dit-il. À Québec, le problème est grandissant, mais la situation est tout de même pire à Montréal.

En 1995, les entreprises Maheu faisaient une intervention par année concernant les punaises de lit dans la métropole. Aujourd'hui, elles en réalisent jusqu'à 150 par jour.

Selon M. Leavey, Montréal a déjà connu des épisodes de punaises de lit lorsque la ville a été l'hôte de grands événements, mais les insectes ont pu être maîtrisés rapidement après le départ des touristes. «Au Québec, les gens voyageaient peu. C'était une question culturelle, peut-être religieuse. Étant donné qu'on ne voyageait pas, on ne rapportait pas de punaises de lit. Elles sont apparues lors de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, puis lors de l'Exposition universelle (1967) et des Jeux olympiques (1976). Après la tenue de ces événements, on réglait le problème en deux ou trois ans», raconte-t-il.

Au milieu des années 90, les résidants des pays de l'Europe de l'Est et de la Chine, des régions infestées par les punaises, se sont mis à voyager davantage, tout comme les Québécois. En plus de ses bons côtés, la mondialisation a amené son lot d'inconvénients comme celui de permettre aux punaises de se déplacer partout sur la planète.

Les personnes qui voyagent fréquemment l'ont appris à leurs dépens. Les voyageurs assidus ramènent des punaises dans un voyage sur cinq, voire un voyage sur quatre, rapporte M. Leavey. Mais pour éviter de devoir faire appel à une entreprise de désinfection dès le retour à la maison, le spécialiste en gestion parasitaire possède quelques trucs.

www.lapresse.ca/voyage/trucs-conseils/201211/26/01-4597821-punaise-mon-hotel-est-infeste.php

 

Inquiétante recrudescence des punaises de lit

Les larves des punaises de lit sont incrustées dans le canapé et ont laissé des traces sur toute la longueur d'un mur. - (Photos NR, Patrice Deschamps)

Tours. Des appartements du Sanitas sont infestés de punaises de lit et de blattes. Les locataires veulent quitter ces logements “ insalubres ”.

 

Insalubre et inhabitable. Pas besoin de jouer sur les mots : certains appartements appartenant à une barre d'immeuble dans le quartier du Sanitas ainsi que des résidences d'autres quartiers, à Tours, sont infestés de punaises de lit et de blattes. Dans l'allée du Plessis, les premières ont pris possession de logements mais d'autres insectes, se reproduisant très vite, s'y ajoutent : les blattes.

La situation devient intolérable, les locataires n'en peuvent plus. Ils tirent les sonnettes d'alarme, envoient des lettres à Tours Habitat, téléphonent, veulent déménager. Les plus courageux achètent des produits pour détruire les larves, se débarrasser de ces insectes, mais en vain.

Ces détestables petites bêtes se cachent dans les armoires électriques, les recoins, pondent, puis réapparaissent. Étudiante en médecine, une locataire vit là depuis neuf mois et a écrit à l'organisme de logement pour expliquer à quel point il lui estdevenu« insupportable » de travailler à l'hôpital avec des piqûres d'insectes. Elle réclame « un logement décent ».
Très diabétique, en attente d'une transplantation d'un cœur et d'un rein, une femme vit dans l'angoisse permanente d'une invasion de son logis par ces bestioles. Ce qui aurait de graves conséquences pour sa santé si ces parasites venaient à lui sucer le sang.
Alors, comme des voisines, elle se calfeutre, déroule des bandes « double face » le long de ses portes-fenêtres : « J'ai acheté un produit spécial vendu 60 € la cartouche. C'est cher, surtout pour moi qui vis avec une pension de handicapée de 700 € par mois. »
Chaque jour, les habitants font fonctionner leur lave-linge pour débarrasser les draps des taches de sang laissées par les punaises écrasées la nuit. Il faut tout inspecter : les matelas, le lit, les oreillers…

A côté de la fermeture Éclair d'un coussin, un locataire fait remarquer des taches noires : des déjections des punaises. A l'étage supérieur, un appartement est totalement envahi par les blattes. Les murs et le divan sont infestés de larves. Le manque d'entretien de ce logement ne contribue évidemment pas à endiguer le problème…

www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2012/09/20/Inquietante-recrudescence-des-punaises-de-litwww.actualitte.com/insolite/punaises-de-lit-en-bibliotheque-le-new-york-times-alimente-la-paranoia-38775.htm

 

Questions / Réponses sur les punaises de lits

Qu’est ce qu’une punaise de lits ?

La punaise de lits (ou Cimex lectularius) figure parmi les plus anciens parasites de l’homme. C’est un petit insecte de la taille d’un pépin de pomme, qui a un corps de forme ovale. Brun et sans aile, un adulte à jeun mesure environ 5 à 7 mm de long. Apres s’être nourri, il grossit légèrement et prend une teinte rouge sang foncé.

La punaise de lits se nourrit la nuit, principalement de sang humain. Elle ne peut pas grimper facilement sur le métal ou les surfaces polies, encore moins voler ou sauter. Pendant le premier mois de la contamination d’une habitation, les nuisances sont peu ou pas perçues par les habitants. Lorsque le lien est fait entre les piqures durant le sommeil et la présence des insectes, l’infestation peut-être déjà assez importante.

A quoi ressemble une piqure de punaise de lits ?

La piqûre de punaise de lits est souvent indolore au moment même de la piqûre. Mais 1 à 2 heures plus tard apparaissent des démangeaisons et des traces rouges sur la peau comme une piqûre de moustique. On trouve généralement de trois à quatre piqûres souvent en rang d’oignon ou groupées au même endroit sur la peau. Les piqûres se localisent généralement sur les parties non couvertes des bras, des jambes et du dos.

La réaction cutanée dépend de la sensibilité de l’individu :

  • Certaines personnes ne savent même pas qu’elles ont été piquées et ne verront aucune piqûre ;
  • Pour certains, les piqûres disparaissent au bout de quelques heures voire quelques jours sans traitement ;
  • Pour d’autres, elles se manifestent par une réaction allergique plus ou moins localisée, avec des boursouflures prurigineuses rouge vif assez douloureuses pouvant évoluer en réaction généralisée.Si vous souffrez de démangeaisons persistantes, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire une crème pour vous soulager. Il est toujours préférable de ne pas gratter afin de ne pas sur infecter les lésions.

Où peut-on trouver des punaises de lits ?

On les trouve partout dans le monde, dans tous les lieux de vie, quelque soit le climat : hôtel, chambre d’hôtes, hôpitaux, maisons de retraite, crèche, école, dortoir sont les lieux possibles de contamination.

Les infestations de maisons et d’hôtels sont en augmentation depuis quelques années.

Pourquoi les infestations par les punaises de lits sont-elles en hausse ?

Depuis la fin des années 1990, les punaises de lits sont revenues en force mais les raisons de cette recrudescence ne sont pas clairement connues. Des facteurs, tels que l’accroissement des voyages internationaux et l’apparition des résistances aux insecticides ont probablement contribué à la propagation des infestations. .

Comment savoir si j’ai des punaises de lits dans mon habitation ?

Les punaises de lits aiment les espaces sombres et les endroits calmes. Les chambres à coucher et salon avec canapé sont les pièces principalement ciblées. Ces insectes sont petits et surtout leurs larves (1 à 2 mm). Il est difficile de les repérer, car ils peuvent s’insinuer dans les moindres espaces. De plus, ils se nourrissent la nuit.

Une infestation de punaises de lits se constate cependant par :

  • La présence de piqûres visibles sur la peau, souvent en rang d’oignon ou groupées. ;
  • La présence de punaises et de leurs déjections : petites taches noires sur le matelas, les draps, le sommier ou les murs ;
  • La présence de grandes et longues traces de sang sur les draps. Elles sont dues à l’écrasement des punaises lors du sommeil de la personne.

Les punaises de lits ne sont pas limitées à un type d’habitation. On peut en trouver à l’intérieur de maisons individuelles, de maisons plurifamiliales, d’immeubles d’habitation, d’hôtels, d’avions et d’hôpitaux. La propreté d’une habitation n’est pas un facteur évitant une première infestation. Par contre une bonne hygiène et donc une détection rapide permet d’éviter les hyper-infestations.

Tout le monde peut être victime chez lui d’une infestation et leur présence n’indique pas un manque de propreté.

Comment les punaises de lits se propagent ?

La punaise de lits a deux manières de se déplacer, de manière active et passive.

De manière active, la punaise marche lors de sa recherche du repas sanguin. Chaleur et dégagement de gaz carbonique aux heures sombres sont les deux attractifs principaux.

De manière passive, les voyages et déplacements permettent aux punaises de lits de migrer vers de nouveaux endroits par l’intermédiaire des vêtements ou des bagages. Cette propagation est facilitée par l’aptitude de la punaise de lits à survivre plusieurs mois sans se nourrir.

Est-ce que les punaises de lits peuvent nuire à ma santé ?

Elles sont principalement connues pour les atteintes dermatologiques et allergiques qu’elles occasionnent allant de la simple piqûre à des manifestations généralisées pouvant s’apparenter à une urticaire. La sensibilité d’une personne peut s’accroître si le nombre de piqûres augmente. En cas d’infestation sévère, les punaises de lits peuvent être aussi sources de troubles psychologiques variés, voire aussi d’anémie.

A ce jour, les punaises de lits ne sont pas des vecteurs de maladies.

Comment peut-on soigner les piqûres de punaises des lits ?

Les piqûres de punaises de lits disparaissent naturellement sous les dix jours et ne nécessitent pas de soins particuliers. Nettoyez-vous la peau et essayez de ne pas vous gratter pour éviter toute sur-infection.

Si vous souffrez de démangeaisons persistantes, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire une crème pour vous soulager.

Comment éviter une infestation par des punaises de lits ?

  • Lorsque vous voyagez, inspectez éventuellement le lit de la chambre d’hôtel pour détecter la présence de punaise de lit.
  • Soyez vigilant avant de rapporter des meubles et des matelas usagés. Veillez à inspecter minutieusement et à nettoyer ces articles avant de les installer dans votre maison.

Si vous pensez avoir été piqué par des punaises de lits : à la maison, lavez vos vêtements immédiatement après le retrait de la valise. Laver votre valise, selon sa forme, dans la machine à laver, sous la douche ou dans la baignoire.

Que puis-je faire si j’ai des punaises de lits chez moi ?

La lutte mécanique, c’est-à-dire sans utilisation d’insecticide, est fortement conseillée voire primordiale dans un premier temps pour diminuer et supprimer au maximum le nombre de punaises de lits.

Il faut cependant éviter de les disperser, ce qui rendrait leur élimination plus ardue et diminuerait les chances de succès du traitement. Ne jetez pas les meubles qui vous semblent infestés (ex. lit, sofa), et ne déplacez rien au risque d’aggraver la situation ou de contaminer les voisins.

  • Utilisez un aspirateur muni d’un bec suceur pour capturer les œufs et les insectes. Attention ! L’aspirateur ne les tue pas, ils peuvent alors ressortir quelques minutes ou heures plus tard. Le conduit d’aspirateur devra être nettoyé et le sac obturé ou emballé dans un sac plastique et jeté dans une poubelle extérieure pour éviter toute contamination d’autres sites ;
  • Lavez à la machine tous vos vêtements, oreillers et linge de maison (à plus de 55°C pour tuer les insectes), si vous suspectez qu’ils sont contaminés ;
  • Le nettoyage à la vapeur à 120°C détruit tous les stades de punaises de lits au niveau des recoins ou des tissus d’ameublement ;
  • Obturez les fissures et les fentes se trouvant entre les plinthes, sur les cadres de lit en bois et sur les murs en les calfeutrant. Réparez ou enlevez le papier qui se décolle, resserrez les plaques d’interrupteur ;
  • Les bombes « fuger » à dégoupiller au milieu de la pièce ne sont pas conseillées car inefficaces, le nuage insecticide n’atteint pas la totalité des recoins.

Limitez l’application de produits insecticides par vous-même. Les personnes inexpérimentées ont beaucoup de difficultés à régler un problème de punaises de lits et s’exposent de plus à ces insecticides en raison des usages répétés qu’elles en font.

Si vous continuez à voir un grand nombre de punaises de lits, contactez un spécialiste de la lutte antiparasitaire ou les services d’actions de salubrité ou d’hygiène de votre Mairie. Ces professionnels de la gestion antiparasitaire, adopteront des méthodes de lutte qui allient des techniques et produits efficaces.

Ils pourront, mettre en œuvre, avec vous, une lutte dite directe (démontage et nettoyage du mobilier, du linge, et de la literie – cf. question précédente) afin de supprimer tout stade de développement de cet insecte.

Cette démarche sera couplée à une lutte indirecte (application d’un insecticide ciblant les insectes rampants en des points stratégiques : pieds du lit, plinthes, niches et fissures du mur, pourtour des fenêtres, seuils des portes, matelas) visant le contact avec l’insecte lors d’une sortie nocturne.

Concernant les hébergements collectifs, l’article 61 du Règlement sanitaire de votre département décrit les mesures prophylactiques à mettre en œuvre dans les hébergements collectifs. Il revient au maire de la commune d’implantation de l’établissement de prescrire ces opérations de désinsectisation.

www.sante.gouv.fr/punaises-de-lits

Inquiétante recrudescence des punaises de lit

Les larves des punaises de lit sont incrustées dans le canapé et ont laissé des traces sur toute la longueur d'un mur.

Tours. Des appartements du Sanitas sont infestés de punaises de lit et de blattes. Les locataires veulent quitter ces logements “ insalubres ”.

 

Insalubre et inhabitable. Pas besoin de jouer sur les mots : certains appartements appartenant à une barre d'immeuble dans le quartier du Sanitas ainsi que des résidences d'autres quartiers, à Tours, sont infestés de punaises de lit et de blattes. Dans l'allée du Plessis, les premières ont pris possession de logements mais d'autres insectes, se reproduisant très vite, s'y ajoutent : les blattes.

La situation devient intolérable, les locataires n'en peuvent plus. Ils tirent les sonnettes d'alarme, envoient des lettres à Tours Habitat, téléphonent, veulent déménager. Les plus courageux achètent des produits pour détruire les larves, se débarrasser de ces insectes, mais en vain.

Ces détestables petites bêtes se cachent dans les armoires électriques, les recoins, pondent, puis réapparaissent. Étudiante en médecine, une locataire vit là depuis neuf mois et a écrit à l'organisme de logement pour expliquer à quel point il lui estdevenu« insupportable » de travailler à l'hôpital avec des piqûres d'insectes. Elle réclame « un logement décent ».
Très diabétique, en attente d'une transplantation d'un cœur et d'un rein, une femme vit dans l'angoisse permanente d'une invasion de son logis par ces bestioles. Ce qui aurait de graves conséquences pour sa santé si ces parasites venaient à lui sucer le sang.
Alors, comme des voisines, elle se calfeutre, déroule des bandes « double face » le long de ses portes-fenêtres : « J'ai acheté un produit spécial vendu 60 € la cartouche. C'est cher, surtout pour moi qui vis avec une pension de handicapée de 700 € par mois. »
Chaque jour, les habitants font fonctionner leur lave-linge pour débarrasser les draps des taches de sang laissées par les punaises écrasées la nuit. Il faut tout inspecter : les matelas, le lit, les oreillers…
A côté de la fermeture Éclair d'un coussin, un locataire fait remarquer des taches noires : des déjections des punaises. A l'étage supérieur, un appartement est totalement envahi par les blattes. Les murs et le divan sont infestés de larves. Le manque d'entretien de ce logement ne contribue évidemment pas à endiguer le problème…

la nouvellerepublique

Des punaises de lit infestent la Cour provinciale

SAINT-JEAN, T.-N.-L. – Alors qu’elle fouillait le quatrième étage de la Cour provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador, à Saint-Jean, l’escouade canine d’Orkin Canada a trouvé de nouvelles punaises de lit, selon ce que rapporte le journal «The Telegram».

Un avocat de la Couronne avait refusé de se présenter au travail, jeudi, à cause de la présence continue de punaises de lit au quatrième étage de la cour.

Une punaise de lit avait d’abord été trouvée à l’extérieur d’une cellule, le 23 octobre dernier, puis quatre autres le 20 novembre.

Le département de la justice a décidé, jeudi matin, d’engager l’escouade canine d’Orkin Canada pour fouiller et fumiger, en cas de besoin, l’étage en question.

Lors des recherches, jeudi soir, les insectes ont été trouvés sur huit chaises. Trois de ces chaises étaient dans la salle d’interrogatoire des avocats de la Couronne, trois autres dans une salle de conférence, une était dans la salle de comparution télévisuelle alors que l’autre était dans la salle de pause des journalistes.

Les salles où les insectes ont été trouvés devaient être traitées vendredi soir ou samedi. Le processus d’éradication des punaises de lit pourrait continuer jusqu’à dimanche selon un communiqué de presse émis, vendredi matin, par le juge en chef Mark Pike.

Journal de quebec

Trouver une société près de chez vous